Globalisation communicationnelle

Levy Joseph (2018) "Globalisation communicationnelle", dans Anthropen.org, Paris, Éditions des archives contemporaines., DOI:10.17184/eac.anthropen.068

Le déploiement des nouvelles technologies de communication, la diversification du cyberespace avec la mise en place de nombreux outils d’échange d’informations et de savoirs (sites, forums de discussion, communautés virtuelles, textes, images, vidéos, enregistrements sonores) ont modifié de façon significative les enjeux disciplinaires dans les sciences sociales au plan de l’enseignement, de la recherche et des rapports de pouvoir entre centres hégémoniques et périphériques.

Comment cette globalisation communicationnelle a-t-elle affecté le champ de l’anthropologie ? Au plan de l’enseignement, Forte (2002) avait déploré la timidité de cette discipline en montrant que dans les cinquante départements les plus importants dans l’anthropologie américaine, le pourcentage des professeurs intéressés à Internet et des cours traitant de ces nouvelles technologies était extrêmement faible. Plusieurs raisons, remises en question par ce chercheur, étaient avancées pour expliquer ce désintérêt (champ déjà couvert par d’autres départements, manque de matériel pour structurer un cours complet, domaine trop spécialisé, pertinence limitée pour les paradigmes anthropologiques).

Cette situation pédagogique se retrouverait aussi  dans les structures académiques anthropologiques canadiennes (Lévy 2009) où les cours sur Internet seraient très rares, tout comme au plan international comme le montrait la rareté des cours en anthropologie sur la cyberculture (13 cours sur 600 recensés en 2009) dans les départements américains, européens et canadiens, selon une recension effectuée par le Resource Center for Cyberculture Studies (http://rccs.usfca.edu/courselist.asp.html).  Il reste à vérifier si cette conjoncture est encore présente aujourd’hui, mais un balayage rapide sur Internet des références sur ces cours dans le champ anthropologique indique encore qu’ils sont rares.

La recension des  ressources anthropologiques sur Internet suggère par contre que les carences relevées par Schwimmer (1996) ont été en partie comblées depuis avec l’accès  à de nombreuses  informations  organisées autour de plusieurs domaines, démontrant le dynamisme et la diversité des stratégies utilisées dans l’appropriation anthropologique du cyberespace (Kotter 2005 ; Dupré, Walliser et Lévy  2011) : ressources pédagogiques pré-universitaires et universitaires, annuaires pédagogiques ; outils professionnels (institutions universitaires; annuaires anthropologiques, sites d’associations anthropologiques); sites d’actualités ; pages biographiques ; blogs et wiki ; ressources bibliographiques et audio-visuelles ; ressources muséologiques ; sites ethnographiques à base régionale).

La recherche anthropologique sur le cyberespace  commence à se développer dès les années 1990, quand les premières théorisations des dimensions anthropologiques du cyberespace sont associées à des perspectives de recherche (De Beer 1998 ; Escobar 1994), donnant lieu à la publication d’études de plus en plus diversifiées sur différents thèmes touchant l’ethnographie des médias digitaux: processus culturels impliqués dans les flux communicationnels, caractéristiques de ces mass-media et rapports de pouvoir, communautés virtuelles, enjeux identitaires, pratiques communicationnelles, idéologies, pouvoir et fossé numérique, dimensions éthiques; digitalisation de la culture, cinéma interactif et photographie digitale, construction des identités ; politiques culturelles, cultures digitales,  transmission des savoirs,  nouvelles narrativités (Wilson et Peterson 2002 ; Coleman 2010 ; De Mul 2010,  Lévy et Lasserre 2011 ; Underberg et Zorn 2013). Les enjeux méthodologiques spécifiques à la recherche sur Internet font aussi l’objet de développements démontrant la diversité des stratégies disponibles, de la Netnographie à l’ethnographie multisites  (Isomäki et McPherson 2014).

La globalisation communicationnelle a aussi réduit l’emprise exercée par les instances hégémoniques anthropologiques des universités du Nord, en particulier anglosaxonnes, sur la production des savoirs et leur circulation. La démocratisation de l’accès aux technologies de base avec la diminution des coûts, la simplification des procédures de mise en ligne des contenus et des informations, la disponibilité permanente d’Internet ont modifié les rapports de pouvoir entre centres hégémoniques et périphériques. Ceux-ci se voient fondamentalement transformés, chaque instance d’Internet devenant ainsi un espace d’expression, d’échange et d’influence, relayés par des réseaux nationaux et transnationaux permettant l’amplification de la diffusion des théories, des savoirs et des pratiques anthropologiques jusque là dédaignés et dévalorisés pour les situer dans un contexte mondial. Un exemple de ces possibilités peut être illustré par le site du RAM/WAN, le Réseau des anthropologies du monde (http://www.ram-wan.net), un collectif d’anthropologues qui se dédie à la promotion d’une anthropologie pluraliste qui veut échapper à la dépendance aux modèles hégémoniques et favoriser l’inclusion des divers courants de réflexion, de théories et de pratiques qui se construisent dans les différents points du globe. Cette diversification est aussi associée à la multiplication des ressources pensées et gérées par les groupes socioculturels eux-mêmes qui visent à des auto-représentations et à la transmission de leur richesse patrimoniale. De nombreuses ONG mises sur pied par des anthropologues militants et des membres des groupes socioculturels se sont ainsi intéressées au développement de nouvelles pratiques, à la défense des droits, à la restitution des données et des collections ainsi qu’à la constitution de mémoires culturelles.

Cette globalisation communicationnelle, en transformation rapide, constitue aujourd’hui un horizon incontournable dans la compréhension des configurations socioculturelles contemporaines et la diffusion de nouvelles approches anthropologiques moins occidentalocentriques et plus respectueuses de la diversité des perspectives présentes dans cette discipline.

 

Références

Coleman, G. (2010), « Ethnographic Approaches to Digital Media », Annual Review of Anthropology, Vol.39 , p.487-505.

De Beer, F. (1998), «The Anthropology of Cyberspace », Communicatio, Vol. 24, no1, p.85-94.

De Mul, J. (2010), Cyberspace Odyssey: Towards a Virtual Ontology and Anthropology, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing.

Dupré, F., Walliser, R. et Lévy, J.J. (2011), « Les ressources anthropologiques dans le cyberunivers : un aperçu », Anthropologie et Sociétés, Vol.35, no1-2, p.159-186.

Escobar, A. (1994), « Welcome to Cyberia, Notes on the Anthropology of Cyberculture », Current Anthropology , Vol.35, no 3, p.211-231.

Forte, M.C. (2002), « Another Revolution Missed ? Anthropology of Cyberspace », Anthropology News, Décembre, p.20-21.

Isomäki H. et McPherson M. (2014), « Online ethnographies » : http://eprints.ncrm.ac.uk/3527/1/RMF_2014_Isomaki_McPherson2a.pdf (consulté le 17 /112017).

Kotter, W.R. (2005), « Evolving Internet Reference in Anthropology », Journal of Library Administration, Vol.43, no3-4, p.75-83.

Lévy, J.J. (2009), « La place du cyberespace dans la formation anthropologique canadienne », Communication au congrès de l’ACFAS, Ottawa, 7 mai. 

Lévy, J.J. et Lasserre, E. (2011), « Cyberespace et anthropologie : Transmission des savoirs », Anthropologie et Sociétés, Vol.35, no1-2, p.9-16.

Schwimmer, B. (1996), « Anthropology on the Internet : A Review and Evaluation of Networked Resources », Current Anthropology, Vol.37, no3, p. 561-568.

Underberg, N.M. et Zorn E. (2013), Anthropology, Narrative, and New Media, University of Texas Press.

Wilson, S.M. et Peterson, L.C. (2002), «The Anthropology of Online Communities », Annual Review of Anthropology, Vol.31, p. 449-467.